û

PARIS EXPOSITIONS

Après Toroni et, plus récemment, Varini, la Suisse italienne confirme, à Paris, sa prédilection pour l'esprit de système, d'inspiration géométrique - c'est la tradition du pays de Max Bill - maniée avec brio. Invention américaine, le «néo-geo» suisse serait'il une réalité?

«Je ne suis pas néo-géo», soutient, pour sa part Flaminio Gaggioni, qui exposait pour la première fois il y a trois ans à la galerie de Paris (ex-Eric Fabre) ses codes-barres agrandis, agrémentés d'allusions colorées au produit qu'ils identifient, de manière irréfutable, grâce à l'informatique.

Le mois dernier, Gaggioni à exposé de nouveaux codes - dont l'un éclaté dans l'espace - à la galerie
A-TE-LIER, dans le cadre de bande(s) à part - accrochage collectif sur le motif de la bande, dont faisait également partie son compatriote Damiano Gianoli, spécialiste (et spatialiste) des essuie-glaces colorés qui «lavent» le blanc de la toile (il en a une au Kunsthaus de Zurich).

Découverte de la galerie, Eli Samion n'est pas suisse. Inspirées par le paysage de l'ile-de-France, ses «tissures» n'en prennent pas moins des allures géométriques d'images de synthèse, qui les rapprochent insidieusement des codes-barres de Gaggioni. Parfois, l'écriture s'en mêle autorisant une nouvelle lecture de l'alphabet, comme les verres cannelés de Raymond Hains, qui fut île premier admirateur de Gaggioni.

Quatrième larron de la bande, John Yukawa, qui vient d'être admis au Salon des Réalités nouvelles, réconcilié, pour sa part, le linéarisme de la grande peinture américaine avec, d'une part la dimension cosmique issue du «Japon des avant-gardes» et d'autre part la sérénité traditionelle du «paysage français».

Hommage un peu ironique à Buren, Bande(s) à part a ouvert le 17 octobre. Ce vendredi-là passait pour la première fois à la télé le Bande à part de Godard.

Godard? God-Art.

God-Art ? Good-Art.

Good-Art? Goodbar (à la recheche de M...)

Goodbar? Coup de barre.

Coup de barre? Code-Barre!

 

Maxime Duclos

NEOTOMATO / Paris 1984 / acrylic on aluminum / 260 x 142 cm


LE NEW MAN DE LA BARRE NETTE

Conquérant d'un nouveau monde, Mondrian n'était pas le prophète d'un monde... riant. Le NEW MAN dont, aux Etats-Unis, il annonçait la venue, avait pour prénom BARRE NETTE. Né, à quelques décennies de distance, le même jour que le messie américain du Minimal, Flaminio GAGGIONI - joli nom pour un Suisse alémanique - s'est avisé que, dans son acception la plus concrète de produit de consommation courante, la réalité objective se mettait à ressembler à la représentation éminemment subjective des peintres dits «abstraits». Tournant le dos aux signes sensibles, Mondrian était un inventeur de signaux de communication esthétique n'obéissant qu'à leur propre système de référence ou code. Newman fut l'inventeur du code comme signal réduit à sa plus simple expression. RESEAU... RAISON... RESONNER. Lorsque, par les vertus conditionnantes de l'informatique, le çode - abstraction pure - finit par se substituer, sous le rapport de l'image, au signal même du produit (non encore) consommé, il n'y a plus rien à inventer. Même pas Dieu (sinon, bien sûr, pour pleurer). Puisque tout est déjà sous nos yeux, Flaminio, discret, n'invente rien. Il se contente de reproduire, point par point des codes dont les BARRES NETTES ressemblent a s'y méprendre à celles de la marque NEWMAN. Comme, en noir et blanc ou en couleurs, la peinture elle-même ressemble à s'y méprendre, non seulement - comme l'entend Buren - à «de la peinture», mais encore - quel que soit l'élitisme culturel de sa diffusion - à un pur et simple produit de consommation courante. Récuperant, à sa manière, les acquis «iconoclastes» du Nouveau réalisme conjugés à la tradition iconolâtre de l'abstraction «constructiviste», Flaminio conduit l'éternel problème de la figure aux limites extrèmes de l'impasse oł l'engage, encore aujourd'hui, l'arbitraire de toute «représentation subjective» d'une «réalité objective»: EN PRISON. L'anaphore, en définitive, faisant corps avec la métaphore qu'elle a elle-même engendrée, l'image, dans tous les sens du terme, redevient PEAU-CIBLE.

Bruno DUVAL, 22 mars 1984

PS. Depuis la rédaction de ce texte, on a commencé à parler, sur le marché de l'art, de «NEO-GEO» suisse. Flaminio Gaggioni ferait-il, aujourd'hui, figure de précurseur?

Show at Galerie A-TE-LIER, Paris 1984